mardi 21 janvier 2014

Le mystère Fulcanelli

Dans Le mystère Fulcanelli, l’érudition alchimique et l’action se mêlent, s’entrecroisent dans une folle danse criminelle entre Barcelone, Paris et l’île de Jersey. En ce début du XXIe siècle, les héros de ce thriller ésotérique n’ont qu’une obsession : retrouver un mystérieux petit carnet écrit de la main même du nom moins mystérieux Fulcanelli, le plus énigmatique des alchimistes du XXe siècle, un Adepte qui aurait découvert le secret de la pierre philosophale et de la vie éternelle, auteur de deux somptueux ouvrages, Le Mystère des cathédrales et Les Demeures philosophales.

Le roman est haletant. D’abord un crime dans l’église de la Santa Caridad à Séville au pied d’un étrange tableau Finis Gloriae Mundi (La fin de la gloire du monde) de Juan de Valdés Leal et dans le même temps, la mort suspecte d’un bibliophile à Paris. Qui dit crime, dit enquête et celle-ci sera menée par Cédric Radenac, brigadier-chef  au poste de police parisien du Palais-Royal, un enquêteur qui se transformera en  historien et qui tout au long de ses recherches, prendra des notes sur les principaux protagonistes de l’histoire, les Fulcanellisables comme il les surnommera. Mais Radenac n’est pas seul. Il a un double, un aventurier, Ari Mackenzie, ancien commandant des services secrets, amateur d’ésotérisme qui va l’aider dans son enquête. Ils ne seront pas trop de deux car les morts se succèdent tous appartenant à une société secrète, les Amis de la Cité du soleil.

Le roman  alterne sa progression avec délice entre le présent et le passé où l’on croise les grands noms de l’alchimie du début du XXe siècle: Eugène Canseliet, l’ami et le disciple de Fulcanelli, Julien Champagne le talentueux illustrateur des livres signés Fulcanelli, Pierre Dujols, propriétaire de la librairie du Merveilleux, Swaller de Lubicz, égyptologue et hermétiste et beaucoup  d’autres encore.

Le roman est machiavélique car il fonctionne selon le protocole des poupées russes comme une macabre chaîne d’assassinats car derrière chaque crime qui ponctue l’histoire, se profile aussitôt un autre crime comme si une main invisible frappait implacablement derrière chaque geste des enquêteurs.

Les amateurs de thrillers ésotériques adoreront Le Mystère Fulcanelli  qui évoque par certains côtés les romans d’Arturo Pérez-Reverte (Club Dumas). Un thriller qui fonctionne comme un jeu chargé de mystère et de cruauté et qui ose même révéler à la fin, l’identité du mystérieux Fulcanelli, à vrai dire une hypothèse audacieuse mais crédible.

Claude Arz
Coat Questenn

En savoir plus :

2 commentaires:

Mathieu Allouch a dit…

Un roman éblouissant, magnifique ....

secteur paranormal a dit…

J'aime beaucoup Loevenbruck, mais je n'ai pas encore lu Le mystère Fulcanelli. Quand je lis cet article, je me dis qu'il faut vraiment que je comble cette lacune !